Quelles méthodes de projet dans une Webagency ?

Pour ce premier billet, je vais évoquer ce que j’estime être un grand frein dans le développement des agences Web françaises : l’absence de méthode de management dans leurs projets.

J’en vois déjà certains me dire « il n’existe pas de méthode miracle » et sur ce point nous sommes d’accord. Pour autant, faire de la gestion « à la volée » ou « au feeling », comme j’ai pu l’entendre, me parait voué à l’échec. Gérer un projet est un métier à part entière (et à plein temps) et non une simple tâche que l’on confie au commercial quand il a le temps de s’en occuper. Alors je ne dis pas qu’un CDP (Chef De Projet) doit être à temps plein sur un projet, néanmoins, piloter demande un temps certain à ne pas négliger.

Dans chaque métier il existe des méthodes et des règles. C’est également le cas pour la gestion de projet. Choisir une méthode qui convienne à votre équipe, votre agence, vos projets, votre personnalité… n’est pas chose aisée et le billet que vous êtes en train de lire ne fera pas ce choix à votre place. Il vous présente seulement certaines astuces et bonnes pratiques à respecter pour que votre choix soit le plus judicieux possible.

La première règle à respecter, et là je m’adresse aux dirigeants, est de ne pas imposer une quelconque méthode à vos équipes. Vous savez certainement à quel point l’être humain, et encore plus s’il est français, est réfractaire au changement (et oui, on en fait même des livres…). Non seulement, votre méthode sera tacitement ignorée, mais en plus vous risquez de perdre l’écoute et la confiance de vos équipes.

Vous allez me demander : « Pourquoi mes équipes n’acceptent pas d’utiliser Scrum ou Kanban, alors que cela serait judicieux ? » D’une part, vos chefs de projet ne connaissent peut-être pas la méthode en question et on a peur de ce qu’on ne connait/comprend pas. D’autre part, vos équipes n’accepteront pas un fonctionnement où elles ne trouvent pas leur intérêt.

Ce qui nous amène au second principe : peu importe la méthode, il faut l’adapter au processus et spécificités de l’agence et ne pas la transposer telle quelle. Votre agence est régie (je l’espère pour vous) par des processus, plus ou moins stricts et bien pensés. Peu importe la méthode que vous souhaitez intégrer, elle ne sera pas compatible avec tous vos process. Il est primordial de réfléchir, en amont, à la manière dont vous allez fusionner les méthodes de travail.

La plupart d’entre vous connait surement la méthodologie PMI (Project Management Institute), pour les autres il s’agit d’un recueil (oui, même quand ça fait plus de 500 pages on appelle ça un recueil) de bonnes pratiques qui couvre tous les aspects d’un projet (gestion du contenu, des ressources, des risques…). Soyons clairs, PMI ne convient pas aux agences Web (de moins de 50 personnes, je caricature mais vous voyez l’idée), c’est une méthode qui demande trop de validation pour une petite structure. Pour autant, adopter certains de ses processus peut être judicieux. Je pense, par exemple, à la gestion des risques. Vous me croyez si vous voulez mais dans la (grande ?) majorité des projets il n’y a ni anticipation des risques ni, par la force des choses, plan d’action pour atténuer les menaces ou provoquer les opportunités positives. Par conséquent, on passe à côté de ROI (Retour sur Investissement) additionnels dans le meilleur des cas. Dans le pire des cas, on fait échouer des projets avec tous ce que ça implique en terme d’image, financier…

Evidemment, ceci n’est qu’un exemple mais il illustre bien l’apport de méthodes reconnues, quel que soit son degré d’adoption. Attention cependant, à ne pas dénaturer la méthode choisie, à respecter son esprit, car la seule chose qui peut être pire qu’une tâche non réalisée, c’est une tâche mal réalisée. La gestion de projet est un métier qui, mal fait, aura plus de conséquences que s’il s’agit d’un membre de l’équipe technique. Je pense qu’une agence Web, si elle veut grandir et optimiser son ROI, doit en finir avec ce genre d’amateurisme.

2 Comments

  • By marco, 8 août 2011 @ 22:28

    Bonsoir,

    Je suis un peu déçu car plutôt que d’avoir un article sur les risques d’une non-gestion, j’aurais aimé avoir un article sur les risques d’une mauvaise gestion.
    Peut-être la prochaine fois ?

    Merci

  • By Seb, 29 août 2011 @ 08:41

    Certainement une prochaine fois. Toutefois, il me semble plus simple de remédier à une non-gestion qu’à une mauvaise gestion. Cette dernière peut prendre une multitude de formes et il n’existe pas de « solution générique » à ce genre d’erreurs, c’est du cas par cas.
    En revanche, il est fort possible que j’évoque certaines mauvaises pratiques en détail dans les posts à venir.

Other Links to this Post

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a comment